Mexico City : mon top 3 de la capitale mexicaine

La capitale du Mexique a tant à offrir, difficile de ne pas se laisser submerger ! Voici 3 de mes lieux préférés, pour guider vos premiers pas dans cette ville extraordinaire.

#1 Musée Frida Kahlo

Incontournable Frida ! La Casa azul est la maison de famille de Frida, dans laquelle la peintre a vécu la majeure partie de sa vie. Transformée en musée en 1958, la maison offre un aperçu touchant de la vie de Frida Kahlo et de sa famille. D’ailleurs, on l’a testé pour vous !

#2 La cité universitaire

Située dans le sud de la ville, la cité universitaire (CU) vaut le détour. Classé au Patrimoine mondial de l’Unesco en 2007, le campus principal de l’Unam (Université nationale autonome du Mexique) offre un répit bienvenu au bruit et trafic incessant de la capitale. Quel plaisir de se balader au hasard, de s’imprégner de cette atmosphère unique. Et il y a de quoi faire : la CU occupe 730 hectares (dont une réserve écologique) et compte 360 bâtiments. Les plus emblématiques :

  • la bibliothèque centrale, dont les quatre façades forment la fresque Représentation historique de la culture, de Juan O’Gorman ;
  • la tour du rectorat, en face de la bibliothèque, et ses trois fresques en relief de David Alfaro Siqueiros ;
  • Le Stade olympique, dont l’entrée principale est ornée d’un bas-relief de Diego Rivera. 2è plus grand stade du pays, il accueille les Pumas, l’une des équipes de football les plus populaires du pays. A partir de septembre 2017, le Mexique se dote d’une ligue de foot féminin, il sera donc bientôt possible de voir des matchs féminins au Stade olympique universitaire !
  • Le musée universitaire d’art contemporain, aux lignes épurées et modernes, qui propose de nombreuses expositions – fermé les lundi et mardi, 20 pesos les mercredi et dimanche, 40 pesos du jeudi au samedi.

Et si vous fatiguez, prenez donc un des Pumabus, le système de bus gratuit de la CU, qui compte 12 trajets différents.

Pendant que vous déambulez dans la CU, laissez-vous impressionner : l’Unam est l’une des plus anciennes du monde, puisqu’elle est la descendante directe de l’Université royale et pontificale du Mexique, fondée en 1551. C’est aussi la plus grande université d’Amérique latine et accueille près de 350 000 étudiant-e-s chaque année. Plus de la moitié sont des femmes, qui forment d’ailleurs la majorité des diplômé-e-s : 70 % en 2016 !

Parmi les Mexicaines illustres à être passées par l’Unam, on trouve : Matimde Montoay, première femme médecin (diplômée en 1887) ; Remedios Albertina Ezeta Uribe (1907-1992), première femme juge du pays (1940), et l’une des premières députées du Mexique (1955) ; Rosario Castellanos (1925-1974), une des voix littéraires féminines les plus importantes du pays ; Carmen Aristegui (née en 1964), journaliste d’investigation, critique du pouvoir, que je vous conseille de suivre…

#3 les spectacles de Lucha libre à l’Arena Mexico

La Lucha libre, ces combats hauts en couleurs avec masques et figures acrobatiques font partie du folklore mexicain au même titre que la tequila et les tacos. Et comme ces derniers, elle fait partie des plaisirs à ne pas rater !

Les combats, dignes des scènes chorégraphiées des meilleurs films d’actions ont lieu en un-e contre un-e, s ou voient deux équipes de trois s’affronter (les meilleurs à mon goût). Chaque luchador est un véritable personnage, avec un nom de scène (généralement grandiloquent), un caractère, un costume, et ses fans.

La Lucha libre date de la fin du XIXè siècle, et a vu sa première luchadora combattre en 1935. Mais l’arrivée des femmes dans ce sport-spectacle n’a pas été facile. Alors que les luchadoras commençaient à se faire une place sur le ring, la ville de Mexico interdit tout spectacle de Lucha libre féminine en 1957. Le versant féminin est contraint de vivre loin des scènes les plus visibles, jusqu’en 1986, où les luchadoras sont de nouveau autorisées dans la capitale. Cette décision marque un tournant et les années 80 voient se développer les combats féminins, même si, aujourd’hui encore, la Lucha libre reste majoritairement masculine.

La Lucha Libre est un spectacle que l’on vient voir entre amis, en famille, où le public encourage et hue les luchadores à toute voix. C’est bruyant, c’est coloré, c’est impressionnant, c’est drôle, c’est bonne ambiance… Bref c’est mexicain !

Les mardi, vendredi et dimanche à l’Arena Mexico, de 50 à 500 pesos environ, selon les jours, la programmation et les places. Il n’y a pas forcément de rencontre féminine à chaque spectacle, vérifiez la programmation avant d’acheter vos places !

Vous connaissez Mexico City ? Quels sont vos lieux favoris dans la ville ? Donnez votre avis en postant un commentaire !

A lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *