Une statue honorant le droit de vote des femmes à Central Park – 3 questions à Brenda Berkman

Disculpa, pero esta entrada está disponible sólo en Francés y Inglés Estadounidense. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in this site default language. You may click one of the links to switch the site language to another available language.

Saviez-vous qu’il n’y a aucune statue représentant une femme réelle dans Central Park, le parc le plus célèbre et le plus visité de New York ? Lors d’un récent séjour dans la ville, j’ai eu le plaisir de rencontrer Brenda Berkman, une des femmes qui se bat pour changer ça.

Native du Minnesota, Brenda Berkman s’est installée à New York pour ses études. Elle a alors une vingtaine d’années et veut devenir pompière. Problème : le Fire Department de New York n’accepte pas les femmes. Après un procès pour discrimination qu’elle gagne, elle devient la première femme pompier de la ville de New York. Depuis environ un an, elle siège au conseil d’administration du Elizabeth Cady Stanton and Susan B. Anthony Statue Fund, une organisation qui a mené campagne pour qu’une statue honorant les pionnières du mouvement pour le droit de vote aux Etats-Unis soit érigée à Central Park.

Est-ce que vous pouvez nous en dire plus sur cette future statue ?

Brenda BerkmanC’est le résultat d’une campagne pour avoir une statue de femmes réelles à Central Park. Dans la ville de New York, il n’y a qu’une poignée de statues représentant des femmes ayant réellement existé, et aucune dans Central Park ! Cette statue va représenter Elizabeth Cady Stanton et Susan B. Anthony, mais c’est un monument à TOUTES les femmes qui se sont battu pour que nous ayons le droit de vote, et il va comporter un certain nombre de noms d’autres militantes des droits des femmes.

Je veux insister sur le fait que c’est le fruit des efforts d’une coalition de groupes très variés : militant-e-s évidemment, historien-ne-s, une descendante de suffragette [Coline Jenkins, la vice-présidente du fond est l’arrière-arrière petite-fille d’Elizabeth Cady Stanton], mais aussi des responsables publics, des organismes privés et des associations. Par exemple, les Girls Scouts se sont mobilisées – et c’est venue des jeunes filles elles-mêmes. Quand elles ont réalisé qu’il n’y avait pas de statue de femme réelle dans Central Park, elles ont été scandalisées !

Pour ma part, je me suis impliquée dans cette campagne parce que je suis une militante féministe. Je me suis battue pour les femmes pompiers tout au long de ma carrière. Déjà petite fille, j’étais frustrée par l’invisibilité des femmes dans l’Histoire et dans les espaces publics. C’est le combat de toute une vie ! Aujourd’hui, je mène un projet d’Histoire orale, pour préserver la mémoire des femmes pompiers et rappeler au public que ces femmes risquent leur vie tous les jours dans leur métier et qu’elles des héros du 11 Septembre.

Qui sont les femmes qui vous ont inspirée ?

Il y a tellement de femmes formidables qui m’ont inspirée ! J’ai d’ailleurs eu le plaisir d’en rencontrer certaines, comme par exemple Billie Jean King, la grande joueuse de tennis qui s’est battu pour l’égalité de genre dans le tennis ; Gloria Steinem, mondialement connue ou encore Robin Morgan, qui a organisé la manifestation au concours de Miss America à Atlantic City en 1968 – manifestation restée dans les mémoires comme celle où des femmes ont brûlé leur soutien-gorge.

Je suis aussi inspirée par des figures historiques, dont, pour beaucoup d’entre elles, je n’ai pas entendu parlé au cours de mes études. Par exemple, tous les enfants américains connaissent Eleanor Roosevelt, mais trop peu est dit de l’étendue de son engagement pour les plus pauvres. Elle était la voix de ceux qui ne sont pas écoutés dans la société, elle est une grande inspiration pour moi. C’est une des rares femmes qui a sa statue dans la ville de New York au passage.
Et bien sur, un nombre considérable de femmes qui travaillent en politique et dans le public m’inspirent, et en particulier les femmes pompiers qui continuent à se battre pour l’égalité.

Il y a tellement de femmes inspirantes !

Vous avez vécu à New York quasiment toute votre vie, quels sont vos lieux préférés ?

Oui, je me suis installée ici pour faire mes études de droit et je n’en suis jamais repartie ! J’ai toujours eu le sentiment que j’aurais dû naître ici. New York est toujours en mouvement. J’adore sa diversité, vous pouvez voir les cultures du monde entier ici. Il y a tellement d’énergie !

Central Park est un de mes lieux favoris. C’est un endroit merveilleux où vous pouvez vous sentir dans la nature, où il y a tant d’activités possibles. Et il sera encore plus fantastique quand la statue sera là !

J’incite aussi vos lectrices et lecteurs à aller visiter la New York Historical Society – qui a beaucoup plus à offrir que ce que pourrait laisser croire son nom. Elle possède une collection permanent et propose des expositions temporaires sur les arts, l’artisanat et bien sur les mouvements historiques. C’est la première institution historique aux Etats-Unis à avoir dédié dans leur collection permanente un espace à l’Histoire des femmes. En 2020 [pour le centenaire du droit de vote des femmes aux Etats-Unis], elle présentera une exposition sur le mouvement des suffragettes.

Enfin, quelque chose qui n’est pas vraiment un lieu à visiter au sens habituel du terme : tous les ans, le jour de l’anniversaire de l’incendie de la Triangle Shirtwaist Factory, un atelier textile de Greenwich village qui a brûlé en 1911, tuant 120 jeunes femmes, nous écrivons leurs noms à la craie sur les trottoirs du quartier, devant les maisons dans lesquelles elles habitaient.

Plus d’informations

 

A lire aussi

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *