Lectures d’été

Disculpa, pero esta entrada está disponible sólo en Francés. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

L’été est là, et avec lui, si vous avez de la chance, du temps pour se prélasser et lire…
Les blogueuses de La Guide de Voyage partagent avec vous leurs derniers coups de cœur, écrits par des autrices bien sûr !

Dime quién soy par Julia Navarro

J’ai fini il y a peu le captivant Dime quién soy (en espagnol) de Julia Navarro. C’est un des premiers livres que j’ai lu qui n’avait rien avoir avec mes études et c’était le choix parfait pour me détendre, et avec lequel j’ai aussi appris de nouvelles choses, tout en passant du bon temps !
L’intrigue se déroule dans l’histoire récente de l’Espagne (pendant la Guerre civile d’abord, puis Seconde Guerre Mondiale, etc.). L’autrice arrive à nous raconter des faits d’histoire à travers une fiction très bien écrite et palpitante, centrée sur une jeune fille qui, en étant introduite aux mouvements communistes à l’époque, rencontre un monde différent de celui qu’elle a toujours connu. C’est intéressant de voir les luttes auxquelles elle est confrontée et la façon dont elle les aborde, de manière très avancée, même pour les standards d’aujourd’hui. L’autrice en profite pour aborder pleins de sujets “délicats” par rapport aux femmes et aux attentes des genres – sujets délicats pour l’époque mais toujours d’actualité.
Conseillé par Amanda Garcia

Le pouvoir de Naomi Alderman

Quand Le pouvoir est sorti en 2018, j’ai eu envie de m’y plonger pour l’idée brute du livre : et si du jour au lendemain les femmes possédaient le pouvoir d’électrocution ? La société s’en trouve alors complètement changée. Si les personnages manquent parfois de profondeur, j’ai vraiment aimé me plonger dans ce nouveau monde, qui ne manque pas de laisser rêveuse… Un roman que je conseillerai pour la plage !
Conseillé par Charline Birault

Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie

L’an dernier, j’ai lu l’an dernier Nous sommes tous des féministes et cela m’a donné envie de lire les autres livres de l’écrivaine et essayiste nigériane, Chimamanda Ngozi Adichie.
D’autant plus que Nous sommes tous des féministes est suivi d’une nouvelle, Les marieuses, qui raconte l’histoire d’une femme à qui son récent mari demande de renier ses origines africaines car elle vit à présent aux États-Unis avec lui. J’ai découvert toute une expérience que je ne connaissais pas et j’ai pu m’identifier à elle et ressentir la complexité de l’exil, de choisir sa vie sans renier ses origines, sa famille… Les débuts d’Americanah sont une entrée d’une part dans sa vie après dix ans passés aux États-Unis, et son souhait de retourner au Nigeria, la description de sa famille et de son entourage amicale et d’autre part, le point de vue de son ancien petit ami, Obinze, leur rencontre et sa vie actuelle. Il est question de religion, de classe sociale, de famille, de l’exil et du retour au pays et bien sur de l’amour et des choix de vie.
PS: Chimamanda Ngozi Adichie sera à Paris le 7 octobre prochain pour une conversation dans le cadre du Monde Festival. Conversation avec Chimamanda Ngozi Adichie
Conseillé par Emilie Bulot

Kindred d’Octavia Butler

Kindred est un livre difficile à poser, tant il est palpitant. Je ne veux pas trop dévoiler l’histoire de ce roman, mais il est fait de voyages dans le temps qui transporte brutalement ses personnages principaux, et nous avec, dans la période de l’esclavage aux États-Unis. Livre de science-fiction écrit par une femme noire à la fin des années 70, il aborde – à travers une histoire aussi prenante qu’un thriller – racisme et sexisme tout en touchant du doigt la question du contexte et de la “norme”. C’est ma première plongée dans l’univers d’Octavia Butler, et j’ai déjà ajouté d’autres de ses œuvres dans ma liste de lecture !
Conseillé par Florence Al Talabani

L’amour après de Marceline Loridan-Ivens

J’ai rencontré Marceline Marceline Loridan-Ivens il y a 15 ans à l’occasion d’une projection de son documentaire “La petite prairie aux bouleaux” sur le témoignage de Myriam, qui revient en Europe pour la commémoration annuelle des anciens d’Auschwitz. Marceline Marceline Loridan-Ivens, déportée à 15 ans aux côtés de Simone Veil, m’a marqué par son humanisme, son engagement et l’intensité de vie qui se dégageaient d’elle. Ses livres sont à son image et vont vous bouleverser. Dans le dernier, signé avec Judith Perrignon, L’amour après, elle évoque ses souvenirs épistolaires, que les hommes de sa vie lui ont adressés. Un livre solaire et sensuel, écrit dans une langue d’une jeunesse éclatante. On rêve d’une chose : finir sa vie de manière aussi libre que Marceline Loridan-Ivens.
Conseillé par Lucie Groussin

A lire aussi

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *