À la découverte de l’artiste engagée Zoe Leonard au Whitney Museum à New York

Disculpa, pero esta entrada está disponible sólo en Francés. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Si vous êtes de passage à New York, ne manquez pas de visiter le Whitney Museum, situé dans le Meatpacking district à Manhattan. En plus de sa superbe collection permanente, le Whitney propose de formidables expositions temporaires, dont en ce moment Zoe Leonard : Survey, à voir jusqu’au 10 juin.

Photographies, installations : Zoe Leonard est une artiste multi-disciplinaire, à l’univers à la fois poétique et militant.

Une invitation au voyage dans un univers bien particulier

Pour une voyageuse, la première salle de l’exposition résonne à bien des égards. D’abord, une rangée de valises bleues, soigneusement alignées au milieu de la pièce. 1961 est une œuvre vivante, commencée en 2002, où chaque valise symbolise une année de la vie de Zoe Leonard, née en 1961.

Ensuite, derrière les valises, des photographies, prises de hublots d’avions. On touche ici à un des traits de l’œuvre de Zoe Leonard : par la répétition de motifs communs, elle nous invite à les regarder de plus près, à y accorder plus de temps qu’un simple regard passager.

Enfin, avant d’aller plus loin dans l’exposition : une table où sont empilées des cartes postales. Agencées selon le point de vue d’où la photographie a été prise, elles représentent toutes les chutes du Niagara. Plus loin dans l’exposition, une petite salle est tapissée de 3 883 cartes postales elles aussi des chutes du Niagara. En les regroupant de façon géographique, Zoe Leonard crée une nouvelle cartographie de ce lieu mondialement connu, au croisement de l’intime – chaque carte postale envoyée est unique – et du tourisme de masse – chaque carte postale est imprimée à des milliers d’exemplaires.

Du quotidien au militantisme

Parmi les autres installations de l’exposition, la plus saisissante est Strange Fruit (1992-97) : une salle entière jonchée de peaux de fruits recousues. Créée en pleine épidémie de sida à New York, dans un contexte d’inaction quasi-totale des pouvoirs publics et suite à la mort d’un de ses amis, Strange Fruit questionne de façon différente, au fur et à mesure que les fruits se dessèchent, les thèmes du deuil, de la survie, de la mort… Son titre porte en lui-même une référence très particulière : Strange Fruit  est aussi le titre d’une célèbre chanson par Billie Holiday dénonçant les lynchages d’Africains-Américains dans les années 1930.

Je veux une présidente

Parmi les nombreuses œuvres exposées, un texte qui a connu un certain succès sur les réseaux sociaux aux États-Unis en 2016 : I want a president. Ecrit en 1992, il reste pourtant aujourd’hui d’une actualité cinglante. Zoe Leonard y liste des traits qu’elle voudrait voir chez un.e président.e : lesbienne, pauvre, ayant fait la queue à l’hôpital, personne de couleur… Un véritable manifeste contre la domination de la politique par des élites homogènes et si loin du peuple.

Informations pratiques

Whitney Museum of American Art, 99 Gansevoort St, New York City

Lundi, Mercredi, Jeudi, Dimanche, de 10h30 à 18h ; Vendredi et Samedi de 10h30 à 22h ; fermé le mardi.

Tarif : 25$ ; 18$ étudiants et seniors ; gratuit pour les moins de 18 ans.

Prix libre le vendredi de 19h à 22h.

 

À noter que Zoe Leonard : Survey sera également visible du 11 novembre 2018 au 25 mars 2019 au Museum of Contemporary Art de Los Angeles.

 

 

A lire aussi

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *