On a testé pour vous : la Maison du parfum Fragonard à Paris

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

La maison Fragonard, célèbre pour son parfum, réunit à Paris, à deux pas de l’Opéra, une collection variée d’objets et matériaux anciens retraçant plusieurs siècles d’histoire du parfum. Une sympathique découverte !

Fragonard est une entreprise de parfumerie française qui a été fondée à Grasse, dans le Sud de la France, en 1926. Elle reprend le nom du célèbre peintre d’origine grassoise Jean-Honoré Fragonard (1732-1806).

Le parfum : un objet dont la fonction a varié au fil des siècles

La visite guidée du musée du parfum vous emmène d’abord aux sources de l’histoire de ce qui est aujourd’hui devenu un objet de luxe. Si, initialement le parfum avait une fonction religieuse (l’origine latine du mot parfum, “per fumum“, signifie “par la fumée”), au fil des siècles, il a souvent changé de connotation.

En Égypte ancienne, par exemple, on faisait brûler des petits morceaux de parfum solide et pour communiquer avec les dieux par l’intermédiaire de la fumée. Le parfum avait également une fonction cosmétique : l’ancêtre de notre eyeliner moderne, le khôl, inventé par les Égyptiens était une substance parfumée utilisée, par les hommes comme par les femmes, pour se maquiller les yeux de noir, parce qu’on lui prêtait des propriétés médicinales.

Chez les Grecs et les Romains, le parfum servait à l’hygiène corporelle : ils prenaient des longs bains dans des eaux thermales parfumées. Le parfum était aussi utilisé, par les hommes et les femmes, pour se soigner.

Au Moyen Âge, c’est surtout la noblesse qui se servait du parfum à travers ce qu’on appelle « pomanders », petits flacons, souvent en argent, qui contenaient des morceaux de parfums solides, tels l’ambre et le musc – des substances d’origine animale pour les plus riches, menthe séchée et basilic pour les plus pauvres. Le parfum servait alors à se protéger des maladies, fonction « médicale » que l’on retrouve aux 16ème et 17ème siècles, lorsque le parfum est utilisé pour cacher les mauvaises odeurs d’une noblesse qui ne prenait pas de bain : l’eau était considérée dangereuse à cette époque, puisque en ouvrant les pores de la peau elle laissait le corps vulnérable face aux maladies.

Le 18ème siècle est caractérisé, pour la haute société, par les nécessaires à voyage, dont la boite à mouches fait partie : elle servait à transporter des petits morceaux de velours parfumé qu’on mettait sur le visage pour en cacher les imperfections. À la fin du siècle, ce sont surtout les femmes qui posaient les grains de beauté sur leurs visages pour envoyer des messages de séduction aux hommes. A travers la position du grain de beauté, les femmes communiquent leur situation amoureuse et maritale : célibataires, mariées, passionnées, etc. Le 19ème siècle voit se développer l’utilisation du cristal et de l’excentricité des flacons qui s’accroît ensuite fortement avec le marketing, à partir du début du 20ème siècle.

Le rôle majeur des femmes dans l’histoire de la parfumerie

C’est le parcours des femmes dans l’univers du parfum qui saute aux yeux en visitant le musée du parfum. Ce sont trois femmes, les sœurs Anne, Agnès et Françoise Costa qui gèrent aujourd’hui l’entreprise et qui, pour les produits parfumés de la maison, s’inspirent de l’univers de la Provence mais aussi de leurs nombreux voyages autour du monde.

À travers sa collection d’objets de parfumerie, le musée met en évidence le rôle central des femmes dans le procédé de création du parfum au fil des siècles, de la cueillette, première étape de création du parfum, jusqu’au marketing et à sa diffusion.

L’on découvre aussi au fil de l’exposition que c’est la reine Catherine de Médicis, qui a permis la diffusion d’une culture du parfum à Grasse.

On imagine aussi les vies d’Emilie Fuchs, la fille du fondateur de la maison Fragonard, qui a donné à la marque son identité d’aujourd’hui en colorant le flacon en doré, et d’Hélène Costa, la mère des actuelles dirigeantes de la maison, qui, à travers sa passion pour les tissus et pour la Provence, a perpétué la diffusion de la culture grassoise du parfum en France et dans le monde entier.

Informations pratiques

3-5 square Louis Jouvet, 75009 Paris
Du lundi au samedi, de 9h à 18h
Gratuit

www.musee-parfum-paris.fragonard.com

A lire aussi

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *