On a testé pour vous …. Frida Kahlo sous un jour nouveau

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Connue bien au-delà des cercles d’art, Frida Kahlo endosse depuis quelques années le statut d’icône de la pop culture. Que vous soyez fan  de l’artiste mexicaine de la première heure ou que pour vous, Frida Kahlo soit surtout une effigie déclinée sur des poupées, t-shirts, chaussettes, sacs et autres accessoires, la rétrospective au Mudec de Milan « Au-delà du mythe » va vous enchanter.

Queen B s’est grimée en Frida Kahlo pour Halloween l’année dernière. Adoubée par la reine de la pop culture elle-même, Frida Kahlo est devenue un modèle de femme forte, fière et indépendante dans le monde entier. Mais au-delà de cette Fridamania, Frida Kahlo est avant tout une grande artiste et une intellectuelle engagée.

On peut rendre grâce à Diego Sileo, commissaire de l’exposition, d’avoir réussi son pari : dépasser la légende pour donner à voir le sens profond de son œuvre. Cette rétrospective s’appuie sur quatre thèmes – la femme, la terre, la politique et la douleur.

Frida Kahlo et Diego Rivera, le célèbre muraliste, sont présentés partout comme un couple mythique et glamour. On omet souvent de mentionner que Diego Rivera n’a eu de cesse de malmener Frida Kahlo sa vie entière. Cette exposition regarde cette vérité en face en mentionnant les propos de l’artiste. « J’ai eu 2 rencontres dramatiques dans ma vie : le tramway qui m’a renversé et Diego Rivera qui a été de loin la pire des deux ».

Diego en mi pensamiento (1943), Frida Kahlo

Fille de la révolution

Au fil de l’exposition se dessine une artiste engagée, proche des idéaux communistes et de Léon Trotski, qui ne doit ses victoires qu’à elle-même, évoluant dans un Mexique machiste. Une femme ancrée dans son époque, dont les tableaux reflète le Mexique post révolutionnaire. Et pas seulement cette femme handicapée qui peignait des autoportraits depuis son lit.

L’artiste a toujours prétendu être née en 1910, l’année qui signe le début de la légendaire révolution mexicaine menée par Villa et Zapata. « Fille de la révolution » comme elle se qualifiait elle-même, elle rejoint le parti communiste en 1928. Frida Kahlo n’a cessé de se battre à travers son art pour la cause des femmes, des peuples autochtones du Mexique et des plus démunis.

Comme en France où les femmes ont participé à l’effort de guerre lors de la Première Guerre Mondiale, les Mexicaines ont apporté leur contribution à la Révolution mexicaine (1910-1920) et n’ont pas supporté le retour au foyer. Un état de soumission que Frida Kahlo dénonce dans ses peintures en traitant de sujets jusqu’alors tabous comme la sexualité, l’avortement, la fécondité ou encore les souffrances physiques et psychiques. Ces mêmes thèmes qui jalonnent toute son œuvre.

Des œuvres inédites

Depuis 2007, les archives de la Casa Azul, maison natale de Frida située dans le quartier de Coyoacán à Mexico, sont ouvertes au public. Le commissaire de l’exposition y a déniché des huiles sur toile, des aquarelles, des photographies, des dessins mais aussi des lettres. On peut y découvrir notamment de très belles photographies de Frida Kahlo, encore adolescente, les cheveux au vent.

En plus de ces œuvres nouvelles, les plus célèbres tableaux de Frida Kahlo ont rejoint les murs du Mudec. Les visiteurs peuvent admirer “Autoportrait au singe” (1938), “Diego en mi Pensamiento” (1943) ou encore “La Colonne brisée” (1944). Une exposition d’autant plus inédite qu’elle accueille les œuvres des deux plus grandes collections de Frida Kahlo au monde : celle du Musée Olmedo de Mexico et celle de Jacques et Natasha Gelman, grands collectionneurs privés du 20e siècle. Sans compter les toiles venues du monde entier. Une rétrospective que vous ne pouvez pas manquer si vous passez par Milan.

Autoportrait au singe (1938), Frida Kahlo

En sortant de l’expo

Passez votre chemin de la boutique hors de prix (quelle ironie quand on connaît le fervent anticapitalisme de Frida Kahlo) et allez prendre un verre à la Base, un exemple très réussi de reconversion d’un bâtiment industriel à deux pas du Mudec.

 

Informations pratiques

Mudec – Museum of Cultures
Via Tortona, 56, Milano
Métro 2 « Porta Genova »
www.mudec.it

Jusqu’au 3 juin et bientôt dans d’autres musées

 

A lire aussi

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *