A Rennes sur les pas d’Anne de Bretagne, dernière Duchesse de Bretagne

Au cœur de la ville de Rennes, se trouve un quartier aux allures médiévales. Vous pouvez entrer par les portes Mordelaises, admirer les deux tours et le pont-levis, circuler et apercevoir des demeures à pans de bois, vestiges d’un ancien temps. C’est par ces mêmes portes qu’Anne de Bretagne (1477-1514), âgée de douze ans en février 1489, entre dans Rennes « Roazhon » pour son couronnement en tant que Duchesse de Bretagne.

Suivre ses pas au travers des ruelles nous ramène au 15ème siècle, période où le Duché de Bretagne représente un enjeu important entre le roi d’Angleterre (qui revendique le trône de France) et le roi de France. A l’heure où Anne se retrouve seule héritière du Duché, ses choix politiques et d’alliance affecteront l’autonomie des Bretons (à noter qu’en Bretagne à cette époque, comme en Angleterre et en Écosse, les femmes peuvent hériter d’un royaume ou d’un duché).

Suite au décès de son père Le Duc François II, Anne de Bretagne est couronnée. La cérémonie se déroule au sein de la cathédrale Saint-Pierre, le 10 février 1489. Dans la cathédrale, à gauche de l’entrée, vous pouvez découvrir une représentation de la Duchesse réalisée par le peintre Alphonse Le Hénaff au 19ème siècle…  ouvrez grands les yeux !

Anne hérite de son père la volonté d’émanciper la Bretagne. Afin de préserver l’indépendance du duché face à la France, elle se marie le 16 décembre 1490 à Maximilien Ier de Habsbourg, Archiduc d’Autriche, Roi des Romains et Empereur germanique. Le mariage est célébré à la cathédrale Saint-Pierre.

Continuez votre chemin devant cette haute cathédrale en passant par la rue des Dames. Vous arrivez directement rue Saint-Yves. Au n°7 (actuellement BNP Paribas !…), se trouvait au 15ème siècle l’hôtel de la Garde-robe ducale, lieu de conservation des chartes, titres et trésors des ducs de Bretagne. Le 19 décembre 1490, se déroule au sein de cette demeure un événement singulier : absent lors de son mariage avec Anne de Bretagne, Maximilien d’Autriche donne procuration à l’un de ses conseillers qui, afin de valider la consommation du mariage – suivant une coutume allemande – glisse sa jambe nue à côté d’une jambe dénudée de la duchesse…

Le mariage d’Anne de Bretagne et de Maximilien d’Autriche représente un affront fait au Roi de France, Charles VIII. En effet, selon le traité du Verger, le mariage d’Anne aurait dû être consenti par le Roi.

Par hargne et jalousie, le capitaine de Nantes,  Alain d’Albert,  livre le château des ducs aux Français en mars 1491. La Duchesse fuit à Rennes, la ville se retrouve assiégée par le Roi Charles VIII, de juillet à la mi-novembre 1491… Désespérée, cumulant les pertes économiques et humaines, Anne de Bretagne accepte l’union maritale que le Roi de France lui propose. Les fiançailles ont lieu dans la petite chapelle Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle, au couvent des Jacobins, en 1491. Ainsi est scellée l’union de la France et de la Bretagne…

La vie d’Anne de Bretagne fut courte (elle est décédée à 37 ans) mais pleine de rebondissements et de lourdes responsabilités. Longtemps, elle protégera les intérêts de sa terre bien-aimée. Il ne tient qu’à vous, visiteuses et visiteurs en pays rennais, de découvrir son parcours remarquable. Pour cela, rien de plus simple : les ouvrages abondent, et les terrasses proposent des bières blondes à son effigie… Quoi de mieux que de mixer les deux pour passer un excellent après-midi ?

L’anecdote :

Anne de Bretagne serait à l’origine de la devise de la Bretagne : « Plutôt la mort que la souillure » soit « Kentoc’h mervel eget bezan saotret ». La duchesse Anne de Bretagne, lors d’une chasse, aurait vu une hermine qui, traquée par les chiens, préféra mourir que de se salir en traversant une mare boueuse. Fascinée, la duchesse lui aurait laissé la vie sauve et fit de l’hermine son emblème.

Infos pratiques

  • Les portes Mordelaise, 6 Rue des Portes Mordelaises
  • Cathédrale Saint-Pierre, 2 rue Saint-Sauveur: ouverte tous les jours de 9h30 à 12h et de 15h à 18h, toute l’année. Entrée gratuite.
  • Couvent des Jacobins, 1a Rue Saint-Malo : actuellement en travaux, vous pouvez cependant apercevoir la plaque qui annonce les fiançailles d’Anne de Bretagne et de Charles VIII.
  • Des visites guidées « Rennes et le Moyen Âge » sont proposées par l’Office du tourisme : 11 Rue Saint-Yves, 35000 Rennes, 02 99 67 11 11.
  • Le ticket de bus et de métro coûte 1,50 €. Des tarifs préférentiels sont consultables sur le site du réseau STAR.

L’ensemble du parcours sur la carte de Rennes : 

A lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *